Liens Relax Cours Gestes Souffles Postures Images Accueil

Padmasana
(La posture du lotus)

Présentation :

A l'origine la posture no 1 du Yoga était Siddhasana (la posture parfaite), ou encore la posture des Siddhas (les parfaits). Cette dernière posture est très proche de la posture du Lotus, mais elle diffère par le fait que les talons viennent enserrer le sexe d'en haut et d'en bas, elle est ainsi de prime abord, assez inconfortable, et il faut bien avouer, qu'au fil du temps, elle est tombée en désuétude.


Dans cette posture le pied qui est dessous, vient de telle manière que le talon presse le périnée.

Aujourd'hui elle a été remplacée par Padmasana, qui est devenue ainsi la posture no 1 du Yoga. Il ne faut pas y voir une quelconque dégénérescence de l'esprit du Yoga, car chaque époque possède ses formes de vérité qui lui sont propres, et encore Padmasana reste pour toujours l'archétype de la posture dans laquelle le sage s'abîme en le cœur de la conscience et de son énergie.

En Padmasana, les énergies du bas sont verrouillées, les mains restent scellées dans une Mudrà selon son ressenti intérieur, et l'être s'abandonne à la pure intériorité, qui reste pour tout à chacun directement accessible dès que l'on ferme les yeux et que l'on reste conscient.

Les sages disent que lorsque l'on ferme les yeux, la réalité apparaît (nimesa), et qu'au contraire lorsqu'on les ouvre (unmesa), elle disparaît, par la même nous pouvons éprouver les deux aspects de l'énergie, qui sont respectivement éveil et assoupissement. Dans ce même esprit, alors que dans l'ordre ordinaire du monde, lorsque nous fermons les yeux, l'individu y trouve le sommeil , le Yogi y découvre au contraire l'éveil à sa propre réalité.

Encore un mot sur cette posture, c'est en elle que les grands Yogis et les grandes Yoginis, plongent en Méditation profonde (Samadhi), mais alors qu'aujourd'hui, nous méditons sur tout et sur rien, les êtres exceptionnels, assoiffés de vérité, y cessent non seulement toute activité, mais plus encore y méditent sans le souffle. L'extinction complète des souffles est la visée recherchée dans cette posture, même si cela peut choquer l'esprit occidental.