Liens Relax Cours Gestes Souffles Postures Images Accueil

Virasana
(La posture du héros)

Présentation :

Il s'agit de former un angle ouvert avec les jambes, l'une venant sur le côté, le pied contre la fesse, et l'autre par devant le talon au périnée. Normalement il faut avoir les deux fesses bien au sol, et le bassin basculé vers l'avant. Cette posture est particulière en ce sens qu'elle est asymétrique, mais de fait elle se révèle très confortable, et permet à loisir d'inverser les jambes permettant un renouvellement du confort dans l'assise.

A un moment donné, dans la pratique, il appartient à chacun de trouver sa posture qui lui permette l'immobilité dans le ressenti intérieur. De manière générale dans les postures, peu importe l'aspect particulier, que prend la forme du corps de l'individu qui s'y essaye, pourvu que cette forme atteigne son but qui est purement intérieur.

Aujourd'hui et de tous temps, les individus restent obnubilés par la forme, par les formes, et plus encore par tous les aspects formels que prennent leurs existences. Mais de fait, la forme particulière est vouée exclusivement à la dégradation et à sa propre disparition, elle est subordonnée plus sûrement à l'espèce, niant par là même l'individu. Cette individualité relative ne s'avère qu'être un agent actif de soi, un support formel et périssable, une épreuve ou encore un instrument jouant sa partition à un moment donné, pour laisser bientôt place à d'autres notes et à d'autres instruments.

La forme peut être reconnue, par contre comme autant de panneaux indicateurs, autant d'étiquettes sur lesquelles sont indiqués tous les noms et tous les aspects que prend la Réalité. La forme n'existe véritablement que pour montrer ce qui est sans forme, ce dernier aspect de la réalité, est l'auteur véritable de l'oeuvre; il en dirige depuis toujours l'harmonie naturelle, à la manière d'un artiste qui s'essaye dans la pratique de son art, Il est dit également que ce chef d'orchestre est aussi responsable de l'enfermement de l'individu ou de son éventuelle libération par rapport aux formes prises par l'existence.

En vérité, Il ne sert à rien d'opposer la validité d'une forme par rapport à d'autres formes, il est vain de prôner la validité de telle pensée par rapport à d'autres pensées, ou de tel point de vue plutôt que d'autres, ou encore vouloir refaire le monde qui de toute façon fera bien ce qu'il voudra, car sa destinée et son enjeu se situent bien au delà de nos courtes existences terrestres.

Toutes les formes se trouvent valides et justes en elles mêmes, elles expriment l'Amour du Soi, qui désire se mirer dans Shakti, qui renvoie à la lumière de la conscience le miroir des êtres et de l’univers. Ce désir engendre toutes les diversités et toutes les formes, et plus essentiellement sous forme duelle, en sujets et en objets. Pourtant, il est remarquable de noter qu’au bout de cette aventure, la conscience est à la fois celle qui détient (le sujet) et celle qui est détenue (l’objet), l’effet engendré retourne au centre de la conscience, en son cœur d’où elle se mire comme dans un reflet, toute émerveillée d’une telle connaissance.

Il est ainsi inifiniment plus bénéfique pour soi et pour le monde, de comprendre qu'il faille aimer cette volonté et ce désir que prennent toutes formes, plutôt que les formes que prend notre désir, c'est ainsi que l'on aimera les individus et le monde pour ce qu'ils sont et non pour ce que l'on aimerait qu'ils soient.

Si chacun appliquait cette règle pour soi même, dans le respect de l'autre et pour l'amour de ce monde, quel problème subsiterait que l'on y trouve une solution ? et n'y verrait-ton pas l'attitude du héros, le nom donné justement à cette posture ?