Liens Relax Cours Gestes Souffles Postures Images Accueil

Halâsana
(La posture de la Charrue)

Présentation :

Cette posture est assez exigeante pour les vertèbres cervicales ainsi que pour les lombaires, elle procure néanmoins un grand apaisement et se trouve être d'un grand profit au niveau de la santé pour celui ou celle qui sait l'apprivoiser.

Dans la version classique, il faut démarrer allongé sur le dos et puis sur une expiration basculer le bassin vers l'arrière en s'aidant de l'appui des mains et des bras au sol. En y allant doucement, toujours sur une même expiration, il faut chercher à mener les orteils fermement établis au sol afin que les jambes soient complètement tendues.

Les yeux sont normalement fermés et fixent le point intersoucilié, (Brûmadhya Drishti), il faut exercer également tout le long de la pratique la contraction de la base (Mulâ Bandha), le souffle peut être simplement allongé avec un rythme de 3 à l'inspir et de 6 à l'expir avec une pause de prise de conscience à poumons pleins et à vides. Il est recommandé de rendre le souffle bruyant avec la gorge (Ujjâyin).

Cette posture demande l'immobilité parfaite, notamment des mains et des doigts, il faut pouvoir s'y maintenir ainsi au moins pandant 3mn environ. Si les possibilités du moment le permettent, il est possible de passer dans un rythme du souffle plus impliquant en égalisant le temps de la tenue à poumons pleins avec le temps de l'expir soit 3/6/6 puis en passant dans le véritable rythme Visamavritti, en 3/12/6 et allonger ainsi le compte au fur et à mesure du temps dans la tenue de la posture, soit 4/16/8, 5/20/110 etc ..

Le geste de la langue peut être celui de Jivâ Bandha ou mieux encore de Khéchari Mudrà.

Version complète :

Dans cette version les bras se portent en arrière de telle sorte que les orteils reposent sur les doigts de la main ou mieux encore sur les paumes de mains, les doigts venant recouvrir les orteils. Même concentrations et gestes que précédemment.

selon Christian Tikhomiroff :

"La charrue est universellement considérée comme un symbole de fertilisation. Le soc s’apparente au linga, à l’organe phallique qui pénètre la terre et ouvre le sillon, lequel correspond à l’organe féminin.

Passer la charrue, c’est unir les principes mâle et femelle qui permettent de semer et de récolter, à terme, la moisson.

En prenant la posture de la charrue, c’est symboliquement ce que l’on va ensemencer pour l’avenir en activant les énergies qui oeuvrent dans le domaine de la santé."