Liens Relax Cours Gestes Souffles Postures Images Accueil

La Résorption de la manifestation
ou le Vertige de l'Amour


(Cliquez sur le Yantra pour l'image aggrandie)


Cette concentration s'effectue en position assise confortable de préférence en Padmasana ou toutes autres postures assises de son choix. Elle convient bien après avoir équilibré les souffles de droite et de gauche, ou encore après une séance de barattage intense de l'énergie, ou mieux encore en fin de Rituel. Le dos est redressé et les yeux fermés fixent le point intersourcilié. Il faut se concentrer dans l'axe, observer le souffle et aller vers un souffle subtil et purement énergétique, qui se condense dans la colonne.

Fixer le point central du Yantra les yeux ouverts à une longueur de bras et à hauteur des yeux, pratiquer sur un Mâla l'énonciation du mantra dédié à Shiva : 'Om Namah Shivaya'. Ne rien faire d'autre en particulier, laissez venir à soi les impressions. Puis se tenir bien droit le coeur en avant et fermer les yeux. Suivre ensuite la concentration suivante :

Il faut imaginer la résorption de la manifestation dans le Soi selon la technique dite du 'reflet', la manifestation de l'Univers se reflètant intégralement dans celle de l'Individu, selon le principe de la parfaite identité entre le macrocosme et le microcosme. Pour ce faire, il faut mettre en correspondance chaque élément manifesté avec celui plus subtil d'où il puisse être perçu, le but étant de résorber l'Univers entier dans le principe de l'Invidualité ou Atman, principe ultime dans lequel la manifestation tout entière se reflète. Cette manifestation est tout autant celle de l'univers que celle du corps et de sa perception fragmentée et parcellaire.

1- La Terre se reflète dans l'odorat, en ressentir l'énergie subtile, puis les pieds et le nez se reflètent dans la locomotion, en ressentir l'énergie subtile. A ce stade la Terre et les organes correspondants sont complètement résorbés dans l'énergie.

2- L'Eau se reflète la sapidité, l'enjeu de toute existence, en ressentir l'énergie subtile, puis le sexe et la langue se reflètent dans dans la procréation, la génèse, en ressentir l'énergie subtile. A ce stade l'Eau et les organes correspondants sont complètement résorbés dans l'énergie.

3- Le Feu se reflète dans vue, en ressentir l'énergie subtile, puis l'anus et les yeux se reflètent dans la l'alimentation et la digestion, sacrifice de la prédation, en ressentir l'énergie subtile. A ce stade le Feu et les organes correspondants sont complètement résorbés dans l'énergie.

4- L'air se reflète le toucher en ressentir l'énergie subtile, puis la peau, les bras et les mains se reflètent dans dans la préhension, la saisie, la prise de conscience occupant tout l'espace, en ressentir l'énergie subtile. A ce stade l'Air et les organes correspondants sont complètement résorbés dans l'énergie.

5- L'éther se reflète dans l'ouïe, en ressentir l'énergie subtile, puis les oreilles et la bouche se reflètent dans l'expression, le verbe créateur, en resentir l'énergie subtile. A ce stade l'Ether et les organes correspondants sont complètement résorbés dans l'énergie. Il ne reste plus qu'une masse d'énergie indivise dans laquelle tous les éléments précédents se sont complètement résorbés. Cette masse énergétique est le mental, elle est fluide et puissament réactive, elle est agitée et soumise à d'incessantes fluctuations, en ressentir l'énergie subtile. A ce stade l'ensemble des organes et des perceptions se sont complètement résorbés dans le mental.

6- Le mental se reflète dans l'ego phénoménal, car c'est l'ego qui lui insuffle son dynamisme. Comme le vent agite la surface de l'océan, l'agitation du mental se reflète dans les qualités dynamiques de l'ego. Faire un rapide tour de ces qualités dynamiques animées par tous les désirs, en ressentir le devenir et ses qualités d"engagement et de retrait. En ressentir l'énergie subtile. A ce stade l'agitation du mental s'est complètement résorbée dans le souffle du devenir.

7- Ce devenir se reflète dans les prédilections de ce qui nous tient à coeur. Voir les caractéristiques de la personne comme provenant de l'intuition et de l'intelligence du coeur. Ressentir la perpétuation de ces désirs : voir ses prédilections provenir des vies passées et antérieures, les voir également se prolonger au delà de cette vie même. En ressentir la permanence, et leurs charges affectives intimes. En ressentir les exigences d'accomplissement, leur affectivité profonde et irrémédiable. A ce stade l'ensemble des désirs particuliers s'est complètement résorbé dans un champ de profonds ressentiments venus comme de l'au delà.

8- Cette charge affective se reflète dans l'âme individuelle, le voyageur du temps, ces ressentis profonds l'affectent de la même manière que des parfums imprègnent une étoffe. En ressentir la permanence, l'aspect ancestral, multi millénaires, ayant traversée maintes et maintes épreuves. En ressentir le principe antique et de longévité. A ce stade l'ensemble des latences et des prédilections héritées des vies passées et à venir, s'est complètement résorbé dans le principe de l'âme, seul sujet conscient pour lequel toute la manifestation se déploie, et pour lequel tout le spectacle a lieu, ou encore seul spectateur de toute la représentation.

9- Cette âme individuelle se reflète dans l'enseignement reçu de toutes ces épreuves, elle se reflète intégralement dans le sens intelligible qu'elle a été jusqu'à ce jour, seule capable d'en retirer. En ressentir le jeu d'évolution et d'involution, de servitude et de délivrance. A ce stade l'âme individuelle ne doit sa persistance qu'aux croyances invétérées et au seul point de vue qu'elle a sur toute la manifestation.

Faire un tour des 5 principales croyances dans lesquelles l'âme individuelle se reflète, ici seul compte le point de vue que l'on a sur la Réalité :

l'âme individuelle croit qu'elle est limitée par le temps, qu'elle a un certain âge à un moment donné et un autre âge à un autre moment donné et non pas qu'elle est intemporelle.

l'âme individuelle croit qu'elle est limitée dans l'espace, qu'elle demeure ici dans tel endroit, puis là dans un autre et non pas en tout lieux.

l'âme individuelle croit qu'elle est limitée dans la connaissance, qu'elle possède certaines connaissances et qu'elle n'en connaît pas d'autres, et non pas la connaissance intuitive qui se valide par elle même.

l'âme individuelle croit qu'elle est limitée dans l'action, qu'elle est douée pour certaines activités et pas pour d'autres, et non pas l'imagination créatrice innée et spontanée.

l'âme indivividuelle croit qu'elle est incomplète, qui lui manque quelque chose, qu'elle n'est pas comblée, qu'il lui faut obtenir ce qu'elle n'a pas encore et non pas d'essence divine, pure et parfaite.

A ce stade toutes les croyances et points de vue sur la Réalité se reflètent complètement dans Mâya, la puissance d'illusion.

10- L'illusion se reflète dans l'aventure amoureuse, en ressentir les énergies subtiles de volonté, de connaissance et d'activité qui forment la pure subjectivité de l'être. L'aventure amoureuse est celle de ce Roi qui secrètement s'est engagé dans sa propre armée pour devenir simple soldat afin de mieux en éprouver toute la puissance. Seul agit la libre volonté de la conscience, la vie est un éternel présent, un don ! A ce stade, l'âme individuelle s'est complètement résorbée dans sa propre liberté.

11- La conscience se reflète sur elle même (Shiva/Shakti). L'être ne dépendant que de lui même, étant à cet effet, parfaitement libre, il fusionne avec le principe universel avec lequel, il n'a jamais cessé d'être parfaitement identique. A ce stade, si l'individu vit encore et même si le tour de magie de la Mâya continue de produire son effet, il n'en est plus dupe, car il reconnaît que sa nature est celle de la conscience. L'âme individuelle s'est complètement résorbée dans sa nature divine, l'âme individuelle voit la forme de la splendeur et la gloire de l'être.

12- Elle perçoit désormais l'univers et les êtres exactement à son image, parfaitement reflétée dans le miroir de sa nature faite pure conscience. Toute la dualité sujet/objet s'est complètement résorbée dans la seule conscience. Ressentir alors l'énergie de la conscience qui se trouve simultanément dans l'objet connu et dans le sujet qui le perçoit. En ressentir les énergies subtiles, indivises et purement subjectives. A ce stade la dualité et la multiplicité se sont complètement résorbés dans l'unité d'un principe amoureux, immanent, universel, omniscient et éternel.

Enfin il est à remarquer, dans ce parcours initiatique, par le déroulement du fil de l'énergie, que jamais l'être ne se départit de son dynamisme intrinsèque, et c'est exactement avec ce par quoi il s'attache, qu'il se libère ...